Aujourd'hui, je vais vous parler d'un autre de mes cadeaux de Noël : un livre, une anthologie pour être plus précise, au sujet de la quête du Graal.

avertissement : vous allez devoir subir une longue disgression, accrochez-vous.

Petit flash back. Si mon premier blog, celui que j'avais créé en Seconde, existait toujours, vous auriez pu y lire ma passion pour Barjavel. A l'époque, après avoir lu par hasard Les chemins de Katmandou (qu'on m'avait offert), puis Tarendol et La Nuit des Temps (les 2 seuls au CDI du lycée), je me suis déclarée officiellement fan de Barjavel. J'avais 15-16 ans, âge auquel on ne connait pas de mesure dans nos passions (dans un prochain épisode : ma passion pour Daniel Balavoine). La mienne était modeste. Il n'empêche que chaque mois, quand mes parents me donnaient de l'argent de poche, je courais à la Fnac pour compléter ma collection. Un jour, à Noël, mes grand-parents qui étaient bien renseignés, m'ont offert tous les titres qui me manquaient. J'ai découvert L'enchanteur.

enchanteur

Je l'ai lu plusieurs fois, j'ai photocopié certains passages pour les afficher à côté de mon bureau, à l'internat. Quand je les retrouve aujourd'hui, je trouve ça cul-cul la praline à souhait. Ce ne sont plus les passages "poético-érotico-romantiques" qui me plaisent, mais plutôt tout ce qui rattache ce roman à la tradition littéraire. A l'époque, je ne savais pas dans quelle mesure Barjavel avait romancé la "vraie" histoire.

Quand la série Kaamelott est arrivée sur nos écrans, j'ai tout de suite accroché (les premières saisons du moins). C'est un univers qui me plait beaucoup. Je ne connaissais pourtant pas encore les textes médiévaux. Depuis cette année, j'étudie la littérature du Moyen-Age à la fac. J'ai lu le Chevalier de la Charrette (Lancelot) et Le Chevalier au Lion (Yvain) de Chrétien de Troyes. Je me suis alors rendue compte qu'il y avait de multiples niveaux d'humour dans cette série, et il me semble qu'Alexandre Astier et son équipe doivent avoir une bonne maîtrise de la légende originale et de l'imaginaire médiéval. J'ai relu L'Enchanteur, et j'ai trouvé des passages directement repris des textes de Chrétien de Troyes. La même histoire, mise en langage moderne !

kaamelott

charrette lion

    J'aime beaucoup étudier le Moyen-Age, la littérature, la religion... cette incroyable cohabitation du réel et du merveilleux, cet incroyable goût pour tout ce qui est symbolique etc.

Le Père Noël a du, une fois encore, inspirer mes grand-parents puisque j'ai trouvé sous le sapin cet ouvrage :

graal

La légende du Graal dans les littératures européennes, anthologie commentée.

Je suis plongée dedans depuis quelques jours, et je le trouve très bien ! A la fois agréable à lire, bien organisé et très, très complet. Après une introduction générale costaud, dans laquelle nous sont présentés le résumé de l'oeuvre de Chrétien de Troyes et les résumés des diverses oeuvres européennes qui ont suivi, cet ouvrage nous propose d'abondants extraits traduits depuis toutes les langues de l'Europe médiévale, parcourant tout le Moyen-Age et débordant jusqu'à l'époque contemporaine. Allez, je vous offre un extrait de la préface de Michel Zink :

"Le Graal a fasciné l'Europe entière depuis le XIIe siècle jusqu'à nos jours. Découvrir la nature et les raisons de cette fascination, c'est se lancer dans une autre quête du Graal, celle du Graal tel qu'il existe. Il existe donc ? Oui, comme objet poétique. la quête du Graal, c'est l'enquête sur les poèmes et les romans qui nous le font connaître et qui nous en livrent, de façon voilée, le sens. L'archéologie du Graal ne consiste pas à courir le monde et a creuser le sol, à la manière d'Indiana Jones, pour y trouver une coupe dotée de pouvoirs magiques, prétextes à effets spéciaux, mais à exploiter les strates des textes et parfois, à travers eux, celles des mythes dont ils gardent la trace."

Que du bonheur :-)