2) À quelle sauce allons-nous être mangés ?

 Autant dire que cette année sur fond de réformes est particulière... Et nous qui préparons le CAPES devons à la fois réfléchir à notre situation prochaine dans le cas où on réussirait le concours, et dans le cas où on le raterait. Et dans les deux cas il y a du sacré changement en perspective !

Mais que dis-je ! ça a commencé dès la fin de l’année dernière, car il fallait déjà remplir les conditions pour le passer, ce CAPES.  Maintenant, la réforme dit qu’on peut le passer dans le cadre d’un master spécifique (qui n’existe pas encore). Or j’ai eu ma licence en juin dernier…

Apparemment, les mesures transitoires autorisaient les étudiant seulement titulaires d’une licence à passer le CAPES à condition qu’ils justifient d’une inscription en master 1. MAIS&n bsp; des rumeurs circulaient, comme quoi une inscription à l’IUFM vaudrait pour une inscription en master 1 etc. nos profs nous ont plutôt conseillé de ne pas tenter le diable, et de faire un master 1 en même temps que la préparation au CAPES. C’est ce que j’ai fait.

Car il ne fallait pas seulement réfléchir aux conditions d’accès à ce concours pour cette année, mais aussi pour l’an prochain (surtout que si on regarde les statistiques, on a plus de risques de le rater que de chances de le réussir…). Donc, un master 1 permettra à coup sûr de s’inscrire à ce fameux master 2 fantôme spécial enseignement qui verra le jour à la rentrée prochaine. Et ça, je peux vous dire que jusqu’en octobre 2009, c’était extrêmement flou. Les inscriptions avaient eu lieu de juillet à septembre donc on a tout fait selon des suppositions et des hypothèses mais dans mon cas, en jouant plutôt la prudence.  Cependant, un certain nombre d’étudiants a pris le risque de ne pas s’inscrire en master 1, en comptant sur le système d’équivalence qui a été mis en place plus ou moins aléatoirement selon les facs. En gros, la fac donnera à ces étudiants un « faux master 1 » ne leur permettant que de s’inscrire en master 2 enseignement (pas recherche). Ils doivent pour cela assister aux cours de préparation au CAPES, rendre les devoirs et participer aux concours blancs. Mais il n’y a rien de clair concernant ces équivalences : seront-elles données à tout le monde (ceux qui font le vrai master ont un peu les boules, car cela demande une grosse charge de boulot supplémentaire…et si les autres obtiennent le même bénéfice « sans rien faire »…bof), les notes aux concours blancs seront-elles déterminantes ? En tout cas, il semble que la condition principale soit d’être admissible au concours (ce qui n’est déjà pas une mince affaire…).

 Maintenant, imaginons que je réussisse le CAPES cette année : je ne serai pas affectée sur 6 (ou 8 ?) heures,  avec le reste à l’IUFM (ce dernier point n’est pas forcément une mauvaise chose, à mon avis, vue la pauvreté de l’enseignement que j’y reçois cette année…) mais j’aurai directement un temps plein (18h). Là où, à mon sens, ça devient absurde, c’est que jusqu’à la Toussaint, un prof de mon établissement sera déchargé de tous ses cours pour assister aux miens (réaction n°1 : super la crédibilité devant les élèves, réaction n°2 : j’espère au moins qu’il m’aidera à préparer mes cours, parce que comme j’auraisûrement mon affectation genre le 28 août…haem). Pendant ce temps-là, qui gère les classes de ce prof-tuteur ? Un remplaçant pardi ! Alors quand on sait la merde que c’est déjà actuellement pour les remplacements….

Ensuite, vers février, je retourne à la fac pour 5 semaines de formation (c’est vrai qu’il serait temps). Pendant ce temps-là, qui gère mes élèves ? Je vous le donne en mille, un étudiant en master 2 qui prépare le CAPES, et qui a besoin d’un stage pratique. Vous imaginez un peu de nombre de gens que vont voir passer les élèves ? je trouve que c’est un total irrespect pour eux… en plus, déjà que moi je serai incompétente, on va me remplacer par quelqu’un d’encore plus incompétent, juste au moment où je commencerai à prendre mes marques…

Mon seul espoir à ce jour (à part réussir le concours, et ne pas mourir pendant la soutenance de mon mémoire, qui pour arranger les choses, aura lieu en septembre) est qu’on nous donne, pour une fois, notre affectation plus d’une semaine avant la rentrée !! Histoire que je prépare un minimum mes premiers cours…parce que vous en conviendrez, faire cours à des SEGPA, à des 4e en latin ou à des Terminales L en français, c’est pas trop la même chose…